sábado, 8 de marzo de 2014

GEORGES RODENBACH [11.169]


Georges Rodenbach

Georges Raymond Constantin Rodenbach (16 de julio de 1855 en Tournai, Bélgica - 25 de diciembre de 1898 en París) fue un poeta y novelista de simbolismo belga. Fue primo de Albrecht Rodenbach.

Rodenbach nació en Tournai y estudió en Gante, donde entabló una amistad con Émile Verhaeren. Rodenbach trabajó como abogado y periodista. Pasó los últimos diez años de su vida en París, como corresponsal del Diario de Bruselas. Además fue amigo del escritor Edmond de Goncourt. Publicó ocho colecciones de poesía y cuatro novelas, además de cuentos, obras de teatro y críticas. Su experiencia en algunos pueblos flamencos son la principal inspiración de sus relatos. Su novela más conocida es Brujas la Muerta (1892).

Obras

Le Foyer et les Champs (1877), poema
Les Tristesses (1879), poema
La Belgique 1830-1880 (1880), poema
La Mer élégante (1881), poema
L'Hiver mondain (1884)
Vers d'amour (1884)
La Jeunesse blanche (1886), poema
Du Silence (1888)
L'Art en exil (1889)
Bruges-la-Morte (1892) (Brujas la Muerta, Tr. Fruela Fernández, Vaso Roto, 2011)
Le Voyage dans les yeux (1893)
Le Voile, drama
L'Agonie du soleil (1894)
Musée de béguines (1894)
Le Tombeau de Baudelaire (1894)
La Vocation (1895)
A propos de "Manette Salomon". L'Œuvre des Goncourt (1896)
Les Tombeaux (1896)
Les Vierges (1896)
Les Vies encloses (1896), poema
Le Carillonneur (1897)
Agonies de villes (1897)
Le Miroir du ciel natal (1898)
Le Mirage (1900)


PASEO

¡Cuánta melancolía tiene el lento paseo
En los días de otoño, al final de la tarde,
Al pasar por un pobre camino tortuoso
Entre el mísero hálito que de las casas sale!

Vamos en larga fila negra y triste cual un
Regimiento vencido, sin alzar nuestras voces,
Y a través de suburbios malsanos y olvidados,
Escuchando en la tarde morir los carillones.

Marchamos a los campos, mas sin coger las flores
Y sin poder jugar, como los huerfanitos.
Mientras lloran los órganos, a lo lejos, ocultos
Y el cielo enluta las aspas de los molinos.

Algunos labradores, en los prados que siegan,
Tristes, miran el rastro de la andadura del viento,
Los rebaños unánimes que un perro hace avanzar,
Y arrojamos la gorra con desmañado gesto.

Mas, ya muerta la tarde, entramos en el pueblo
Cruzando entre los muros desgarrados de rejas,
Y vemos un colegio de jovencitas pálidas
Que llevan los sombreros sin flores y sin sedas;

Y si una de ojos claros y de gracioso talle,
De unidos senos núbiles suspendiendo fardeles,
Y conlas rubias trenzas echadas a la espalda,
Al mirar el paisaje, sonríe vagamente.

¡El sueño es exquisito! Y, entrados en su cuarto,
-si el recuerdo de ver al pensar ayudase-
Se sueña en un lejano y vago matrimonio...
¡Y nos adormecemos amándola una tarde!

De “Los mejores poetas franceses”
Selección y traducción de Luis Guarner

Editorial Bruguera. Barcelona-España, 1974


*


El banquete » Georges Rodenbach. Dos traducciones inéditas
Traducción: Leonor Saro


LA VIDA DE LAS HABITACIONES

(El reino del silencio, 1901)

I.

Las habitaciones que creeríamos decorados inútiles
—Fasto de silencio de tejidos inertes—
tienen no obstante un alma, una vida ciertas,
una voz cerrada a las influencias de afuera
que extiende su pensamiento en halos de sordinas.
Algunas, esplendor, alegría, un aire de displicencia;
Otras, la resignada sonrisa de una sala de visitas
que hace voto de pureza en el convento de las Visitandinas;
Otras incluso son el gran duelo de un Corazón
que empapa los oropeles con lágrimas volátiles.

Habitaciones que, ora son tiernas como una hermana,
ora reciben con ojos hostiles
si alguien osa perturbar su ensueño al filo desnudo del espejo
¡su sueño de Ofelia en el espejo del agua durmiente!
Tienen una vida extraña, que crece
en recuerdos que los rostros de la tarde,
en marchitas guirnaldas, sobre su frente de Ofelia,
van deshojando lánguidamente en el espejo
Recuerdos casi más rosas de años pasados

¡Habitaciones soñolientas! Viven verdaderamente
en quimeras más hermosas que la vida orgánica,
que culminan todas las cosas en símbolo, advirtiendo
en cada cortina pálida a un niño de comunión
vestido con faldón de aérea muselina
que comulga al filo de los vidrios, de la luna;
Advirtiendo en el brillo un alma de cristal
que quiebra al toque más mínimo una por una sus ramas,
mimosa de vidrio a quien el ruido hace daño.

Habitaciones soñolientas que, visionarias,
escogen de su alacena de orden estricto y meticuloso
los grandes sillones para los viejos frioleros
reunidos en círculo en el cuarto, decrépitos.


LA VIE DES CHAMBRES

(Le règne du silence, 1901)

I.

Les chambres, qu’on croirait d’inanimés décors,
— Apparat de silence aux étoffes inertes —
Ont cependant une âme, une vie aussi certes,
Une voix close aux influences du dehors
Qui répand leur pensée en halos de sourdines…

Les unes, faste, joie, un air de nonchaloir!
D’autres, le résigné sourire d’un parloir
Qui fit vœu de blancheur chez les Visitandines;
D’autres encor, grand deuil des trahisons d’un Cœur,
Mouillant les bibelots de larmes volatiles;

Chambres qui sont tantôt bonnes comme une sœur,
Puis accueillent tantôt avec des yeux hostiles,
Quand on trouble leur rêve au fil nu du miroir,
Leur rêve d’Ophélie au miroir d’eau dormante !
Elles ont une vie étrange qui s’augmente
Des souvenirs que les vieux portraits dans le soir
À leur front d’Ophélie, en guirlandes fanées,
Vont effeuillant dans le miroir languissamment,
Souvenirs presque plus roses d’autres années !

Chambres pleines de songe ! Elles vivent vraiment
En des rêves plus beaux que la vie ambiante,
Grandissant toute chose au symbole, voyant
Dans chaque rideau pâle une communiante
Aux falbalas de mousseline s’éployant
Qui communie au bord des vitres, de la lune !
Et voyant dans le lustre une âme de cristal
Qui crispe au moindre heurt ses branches une à une,
Sensitive de verre à qui le bruit fait mal.

Chambres pleines de songe et qui, visionnaires,
Parmi leur rangement strict et méticuleux,
Prennent les grands fauteuils pour des vieillards frileux
En cercle dans la chambre et valétudinaires.



EL ACUARIO MENTAL

(Las vidas encerradas, 1896)

VIII

En el acuario cerrado sueñan las actinias,
anémonas de mar, mimosas de agua,
en un halo de a poco sus visos se desvanecen
en el lugar que hirió cierta aleta fugitiva;
El silencio renace y ya nada se filtra
en el estanque plagado de formas detenidas.
Entonces, en el agua sin temblor, las actinias
se abren, como una boca se abriría al beso
coloreando de rosa un poco sus corolas lívidas
pero aún sensibles como una herida en flor.
Pues el más leve y nuevo desvelo de una aleta
las retrae de inmediato en las aguas de tornasol
aunque el pez sólo las roce apenas, suavemente,
de nuevo se erizan y se recluyen
terriblemente tristes como una boca tras el adiós
No obstante en nosotros también viven actinias:
Sueños temerosos que a veces se despliegan
jardín embrionario y como submarino,
raras flores que no emergen salvo en la soledad,
gemas cuyo solo silencio entreabre el joyero.
Pero qué breves estos bellos instantes de plenitud
que son el precio de la calma y de la renuncia,
pues de nuevo regresan las aletas desterradas
de un sueño demasiado profano, en el dudoso derrumbe
que crispa el agua del alma y cierra las actinias.


AQUARIUM MENTAL

(Les Vies Encloses, 1896)

VIII

Dans l’aquarium clos songent les actinies,
Anémones de mer, sensitives de l’eau ;
Les moires peu à peu se sont tout aplanies
Qui tout à l’heure s’arrondissaient en halo
À l’endroit qu’a blessé quelque nageoire en fuite ;
Le silence renaît et plus rien ne s’ébruite
Dans le bassin peuplé de formes en arrêt.
Alors, dans l’eau sans nul frisson, les actinies
S’ouvrent, comme une bouche au baiser s’ouvrirait,
Fardant de rose un peu leurs corolles blêmies,
Mais sensibles encor comme une plaie en fleur ;
Car le moindre nouvel éveil d’une nageoire
Les rétracte aussitôt parmi l’eau qui se moire,
Encor que le poisson soit doucement frôleur,
Et les voilà toutes recloses, racornies,
Toutes tristes comme une bouche après l’adieu !
Or nous avons aussi dans nous des actinies :
Rêves craintifs qui se déplient parfois un peu,
Jardin embryonnaire et comme sous-marin,
Fleurs rares n’émergeant que dans la solitude,
Bijoux dont le silence entr’ouvre seul l’écrin.
Mais combien brefs, ces beaux instants de plénitude
Qui sont le prix du calme et du renoncement !
Car revoici toujours les nageoires bannies
D’un rêve trop profane au louche glissement
Qui crispe l’eau de l’âme et clôt les actinies.


La Naissance du Poète

À Théodore de Banville.

L’enfant-poète, au seuil de ses jours, entendit
Une voix frémissante et sombre qui lui dit :

« Tu souffriras ! Ta mère en larmes va maudire
La nuit où son amour a conçu son martyre,
Quand elle te verra, déjà pâle et rêveur,
Mordre en pleurant son sein comme un fruit sans saveur !

Enfant, tu laisseras les enfants de ton âge
Rire, chanter, courir, égayer le ménage,
Grimper sur les genoux des parents, chaque soir,
Lorsqu’autour d’un bon feu d’hiver on vient s’asseoir ;
Et toi, venant de naître et déjà prompt à vivre,
Tu liras, dans un coin de la chambre, un vieux livre
Dont le récit touchant fera perler tes pleurs
Sur les feuilles jaunis où sèchent quelques fleurs !…

Homme, tu chercheras avec une âpre envie
Le côté douloureux des choses de la vie,
Ne voyant dans les flots grondants que des récifs,
Et sous les arbres verts arrondis en massifs
Que des caveaux veillés par des croix sépulcrales !…

Ton cœur, comme le sourd tocsin des cathédrales,
Ébranlant la charpente osseuse de ton corps,
Jettera dans les vents ses lugubres accords ;
Mais la foule, aimant mieux les folles sonneries
Dont de vils histrions parsèment leurs féeries,
N’entendra même pas ta voix dans ces rumeurs !…

Alors, las de pousser d’inutiles clameurs,
Tu quitteras la foule, exilé volontaire,
Et, comme le banni qui marche solitaire
Sur le sable brûlant traîne l’ombre après lui,
Tu traîneras partout un incurable ennui.

Le silence calmant des grands bois, pour une heure
Peut-être apaisera la plainte intérieure,
Mais elle renaîtra, le soir, quand les sillons
S’empliront du cri-cri douloureux des grillons,
Et que le soleil rouge et flambant de lumières,
Jetant sur les petits carreaux verts des chaumières
Une lueur qui semble une larme de sang,
Drapera dans la nuit son spectre éblouissant !…

Comme lui tu verras mourir tes rêves roses ;
Tu sentiras en toi la tristesse des choses
Descendre ; les épis blonds et lourds de sommeil
Gronderont vaguement comme un manteau vermeil
Que le vent orageux froisse au choc de son aile ;
L’eau fuira dans les joncs d’une fuite éternelle
Blanche comme ton rêve et vague comme lui !…

Et quand la lune au ciel vespéral aura lui
Avec ce fin sourire indulgent des aïeules,
Si tu vois, le long des buissons ou près des meules,
De jeunes amoureux s’embrasser en chantant,
Tu sentiras toi-même un désir irritant
De serrer dans tes bras d’incomparables vierges
Qui se consumeraient pour toi comme des cierges !…

Ainsi tu formeras des rêves infinis :
Et, comme un jeune enfant, ― ayant cherché des nids
Avec une ardeur folle aux arbres des prairies, ―
Laisse les œufs brisés sur les herbes fleuries,
Toi-même, abandonnant ce que tu peux saisir,
Tu poursuivras partout ton idéal désir
Et tu resteras triste en comparant sans trêve
Au bonheur qu’on atteint le bonheur que l’on rêve !…

Tu vivras peu : ton cœur se fera ton bourreau
Car la lame tranchante use vite un fourreau ;
Comme un bohémien, tu courras dans la vie,
Et les passants naïfs te porteront envie,
Sans même soupçonner un moment que les fleurs
Dont s’orne ta guitare ont coûté tant de pleurs,
Et que tous ces beaux vers qui chantent sur tes lèvres
Chaque jour, sont éclos chaque nuit dans les fièvres,
Et qu’il te faut frapper ton cœur comme un rocher
Pour que cette eau sanglante en puisse s’épancher !

Partout tu chercheras l’impalpable chimère,
Exilé comme Dante, aveugle comme Homère,
Sans qu’on voie à ton front où les anges l’ont lu
Le signe dont Dieu marque en naissant chaque élu !…
Tu mendieras ton pain, si tu nais sans fortune,
Sans qu’on te donne plus ― tant la plainte importune ―
Qu’à ces mornes vieillards qui sur les grands chemins
Font chanter un vieil orgue avec leurs vieilles mains.

Enfin si ta voix gronde ainsi qu’une marée,
Indomptable comme elle, et comme elle éplorée ;
Si, malgré tes parents fiers et pourtant craintifs,
Tu fais chanter, pareils à des ramiers plaintifs,
Ces poèmes ailés que recueillent les âmes,
Tu verras tout à coup des envieux infâmes
Te suivre, te railler, et comme des corbeaux
Dépecer ta pensée et la mettre en lambeaux.
Jalousant ton essor vainqueur dans les espaces,
Ils perceront ta chair de leurs ongles rapaces
Pour mieux te retenir dans la boue auprès d’eux !…
Et toi, tu porteras, comme un goitre hideux,
Cet amas de jaloux rongeant tes flancs robustes
Jusqu’au jour où ton corps, sous de pâles arbustes,
Dormira dans le marbre ignoré d’un tombeau !…

Voilà ton sort !… Mais Dieu, pour le rendre plus beau,
T’a mis au fond du cœur le don de poésie :
Tous les objets viendront, selon ta fantaisie,
Comme des papillons te colorer les doigts,
Est-ce assez ? réponds-moi maintenant, car tu dois
À ton gré décider de ta vie inquiète… »

Et l’enfant répondit : « Je veux être poète !… »





LES VIES ENCLOSES (LAS VIDAS RECLUIDAS) 
– DE GEORGES RODENBACH

Por PIPA PASSES

Perdido en los laberintos del espíritu fin du siécle, Georges Rodenbach (1855-1898) se resiste a ser olvidado. El poeta y novelista belga asoma con una rosa en la mano en el monumento funerario de su tumba del cementerio parisino de Père-Lachaise, una poderosa imagen de esa voluntad.

Rodenbach es conocido sobre todo por su novela Bruges-la-Morte (Brujas la muerta), que tiene como personaje principal a la ciudad flamenca y le dio una fama inmediata en el momento de su publicación en 1892. Esta obra maestra del simbolismo se enmarca en una fecunda producción comprimida en poco más de una década y que incluye ocho poemarios. Comienza en 1877 con Le Foyer et les Champs (El hogar y los campos) y se cierra en vida del autor en 1898 con Le Miroir du ciel natal (El espejo del cielo natal), al que siguen algunas ediciones póstumas de inéditos.

Les vies encloses (Las vidas recluidas), dividido en ocho poemas y publicado en 1896, está inspirado en el ocultismo, el romanticismo alemán y las obras de Baudelaire y Mallarmé. Les lignes de la main (Las líneas de la mano), del que se presentan las dos primeras secciones, es el tercer poema del libro. Epilogue, el cierre.



Las vidas recluidas

Las líneas de la mano

I

La mano se enorgullece de su desnuda calma
y de ser rosada y lisa; de por los aires jugar
como un ave burlándose de la espuma del mar;
y de estremecerse con la docilidad de la palma.

La mano exulta; es orgullosa como una rosa
-¡sin pensar que el reverso es una red de marcas!
y al sol hace relucir sus pulidas uñas largas,
incrustando en la carne un poco de coral rosa.

La mano reina, con aire imperial, porque todo
se realiza a través de ella, por ella todo gira.
Para el nido del placer es una golondrina;
y es la uva de agosto para el vino del gozo.

La mano ríe de ser blanca y rosa, y de alumbrar
como un faro, y de tener olor a aseada.
Es como si siempre se endomingara
por los anillos de oro que visten al anular.

Pero mientras así se enorgullece la mano
de ser bella, y de convencerse que perfuma,
misteriosos surcos en la palma se incrustan
y comenzarán a ser un laberinto helado.

Vano orgullo, coqueto juego de la mano pava
que ríe de sus joyas, las finas uñas, los esmaltes,
en tanto que debajo, con sus hebras al aire,
la Muerte va tejiendo ya su telaraña.


II

Las líneas de la mano, ¡geografía innata!
Son oscuros caminos del infinito venidos,
hebras enredadas de un telar dormido.
¡Ah! ¡El extraño arabesco donde yace el mañana!

¿Qué hechicera va a leer el conjuro
tan confuso? -¡diríamos tan remoto!-
En la desnuda arena, riachuelos rotos:
nombres en vano en un espejo desmemoriado.

Signos definitivos, ¡aunque no descifrados!
Pálida maraña, caprichosas escrituras
cuyo sentido se evade y huye bajo tachaduras,
y que no ha leído nadie familiar con el arcano.

Secreto perdido del lenguaje de las líneas bellas,
gracias al cual los pastores resolvieron el misterio
de los astros de Caldea en un cielo azul de incienso,
tras haber visto en sus manos líneas paralelas.



Epílogo

Aquí toda una vida invisible está recluida:
solo ha dejado ver de ella y de un mudo tormento
aquello que permite ver el agua dormida
en la que la luna se posa con melancolía.

El agua fantasea, brilla y parecería un cielo,
tanto se adorna de silenciosas estrellas.
¡Oh, señuelo de ese espejo artificial!
¡Apariencia! ¡Embustero sosiego!

Bajo la blanca superficie inmóvil, esta agua
sufre; antiguas penas la hielan y oscurecen.
Imaginen, bajo la hierba, una vieja tumba
cuyo recuerdo la muerte, poco muerta, guarda.

Oh memoria, por la cual hasta los instantes claros
son dolorosos y como ennegrecidos por un fango.
El agua se dora con el cielo, el coro de juncos cotillea;
pero la falta de dicha demasiado tiempo ha durado.

Y esta agua que es mi alma, en vano pacificada,
tiembla de un dolor que se diría un secreto,
voz suprema de una raza que desaparece,
y lamento, en el fondo del agua, de campana ahogada.


Les vies closes

Les lignes de la main

I

La main s’enorgueillit de sa nudité calme
Et d’être rose et lisse, et de jouer dans l’air
Comme un oiseau narguant l’écume de la mer,
Et de frémir avec des souplesses de palme.

La main exulte ; elle est fière comme une rose
— Sans songer que l’envers est un réseau de plis ! –
Et fait luire au soleil ses longs ongles polis
Enchâssant dans la chair un peu de corail rose.

La main règne, d’un air impérieux, car tout
Ne s’accomplit que par elle, tout dépend d’elle ;
Pour le nid du bonheur, elle est une hirondelle ;
Et, pour le vin de joie, elle est le raisin d’août.

La main rit d’être blanche et rose, et qu’elle éclaire
Comme un phare, et qu’elle ait une odeur de sachet ;
C’est comme si toujours elle s’endimanchait
À voir les bagues d’or dont se vêt l’annulaire.

Or pendant que la main s’enorgueillit ainsi
D’être belle, et de se convaincre qu’elle embaume,
Les plis mystérieux s’aggravent dans la paume
Et vont commencer d’être un écheveau transi.

Vain orgueil, jeu coquet de la main pavanée
Qui rit de ses bijoux, des ongles fins, des fards ;
Cependant qu’en dessous, avec des fils épars,
La Mort tisse déjà sa toile d’araignée.


II

Les lignes de la main, géographie innée !
Ce sont d’obscurs chemins venus de l’infini ;
Ce sont les fils brouillés d’un rouet endormi ;
Ah ! l’arabesque étrange où gît la Destinée !

Quelle magicienne en lira le grimoire
Si confus – on dirait d’il y a si longtemps !
Parmi le sable nu, ruisseaux intermittents ;
Noms balafrant en vain un miroir sans mémoire.

Signes définitifs, encore qu’irrésolus !
Pâle embrouillamini, fantasques écritures
Dont le sens se dérobe et fuit sous des ratures,
Et que nul familier du mystère n’a lus.

Secret perdu du langage des lignes belles
Grâce à qui des bergers avaient trouvé le sens
Des astres de Chaldée en un ciel bleu d’encens,
Ayant vu dans leurs mains des lignes parallèles.



Epilogue

Ici toute une vie invisible est enclose
Qui n’a laissé voir d’elle et d’un muet tourment
Que ce que laisse voir une eau d’aspect dormant
Où la lune mélancoliquement se pose.

L’eau songe ; elle miroite ; et l’on dirait un ciel,
Tant elle s’orne d’étoiles silencieuses.
Ô leurre de ce miroir artificiel !
Apparence ! Sérénités fallacieuses !

Sous la blanche surface immobile, cette eau
Souffre ; d’anciens chagrins la font glacée et noire ;
Qu’on imagine, sous de l’herbe, un vieux tombeau
De qui le mort, mal mort, garderait la mémoire.

Ô mémoire, par qui même les clairs instants
Sont douloureux et comme assombris d’une vase ;
L’eau se dore de ciel ; le chœur des roseaux jase ;
Mais le manque de joie a duré trop longtemps.

Et cette eau qu’est mon âme, en vain pacifiée,
Frémit d’une douleur qu’on dirait un secret,
Voix suprême d’une race qui disparaît,
Et plainte, au fond de l’eau, d’une cloche noyée !

Georges Rodenbach, Les vies encloses, Eugène Fasquelle Éditeur, 1896, París.  Traducción Mariano Rolando





Lucien Levy-Dhurmer,Retrato de Georges Rodenbach,© DR - RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lucien Levy-Dhurmer (1865-1953)
Retrato de Georges Rodenbach
Hacia 1895
Pastel sobre papel
Alt. 36; Anch. 55 cm
París, museo de Orsay
Donación de la Señora viuda de Rodenbach, 1899


Georges Rodenbach
La Mer élégante
Alphonse Lemerre, éditeur, 1881 

Les Femmes mièvres

Toutes ces femmes sont adorablement mièvres
Découpant sur les flots leurs profils amaigris
Où rayonne en tons vifs la rougeur de leurs lèvres
Sur la mate blancheur de la poudre de riz.

On croirait sur du sucre en poudre voir des fraises,
Si bien qu’on les voudrait goûter à belles dents
N’étaient ces yeux bistrés plus luisants que des braises
Qui vous effraient de loin avec leurs feux ardents.

Elles lèvent un peu leurs voilettes de tulle
Pour mieux voir écumer les flots sur le brisant ;
Au bord de leurs chapeaux leur chevelure ondule
Sous le vent de la mer qui chante en les frisant.

Dans leur corsage étroit leurs seins, comme deux vagues,
Montant et s’abaissant, font frémir le tissu ;
Et dans leurs doigts gantés qu’enrichissent des bagues
Se fane le bouquet que chacune a reçu.

Leurs robes aux tons clairs, blanc, bleu, gris, jaune et rose
Où sont cousus des nœuds de soie et des rubans,
Se mêlent, comme on voit dans le grand ciel morose
Des nuages teintés se fondre aux soirs tombants.

Dans un coin de la plage elles sont là, groupées :
Le parasol leur fait comme un fond de portrait
Où s’accuse en relief leur tête de poupées
Qu’un artiste mignard et raffiné peindrait.

Elles sont là lisant, riant, jasant sans suite ;
L’eau monte et vient mouiller leurs souliers mordorés,
Car l’eau veut les baiser ces petits pieds en fuite
Qu’elle aime à voir courir sur leurs talons cirés.

Moi je les aime aussi ces belles étrangères
Qui babillent avec des gestes séduisants,
Les plus jeunes surtout, rieuses et légères,
Qui sortent du couvent dans l’éclat des seize ans.

Et puisque toutes ont des grâces sans pareilles,
Un corps digne du marbre, un teint digne des fleurs,
Je voudrais en passant suspendre à leurs oreilles
Comme des pendants d’or, des mots ensorceleurs !

Je voudrais que mon cœur vibrant de poésie
Fût grand comme un sérail pour toutes les aimer,
Et qu’il pût à son gré comme un prince d’Asie
Dans un harem d’amour toutes les enfermer ;

Car alors chaque soir, quand se lève la lune,
À leurs pieds parfumés j’irais me laisser choir,
Puis ayant fait mon choix, je jetterais à l’une
Avant que de partir, mon cœur et mon mouchoir !…




Les Parfums

J’aime pour m’alanguir les sens et pour rêver
À des amours douces ou fortes,
Respirer des parfums où je crois retrouver
L’âme immortelle des fleurs mortes.

Plus que des fleurs encor vivantes, embaumant
De fins corsages ou des serres,
J’adore les parfums égouttés lentement
Comme on égrène des rosaires.

Avant l’amour il faut verser sur les mouchoirs
Des odeurs d’ambre et de verveine,
Comme on met de l’encens au fond des encensoirs
Pour commencer une neuvaine.

Il faut pour pimenter le festin des baisers
Et pour provoquer aux caresses
Quelques vagues parfums dans les cheveux frisés
Dont on va dénouer les tresses.

Et même quand on pleure après l’amour défunt
Le soir dans sa chambre morose,
Pour adoucir le mal il suffit d’un parfum
Qui sente le musc ou la rose.

Aussi quand je suis seul et le cœur sans rayons,
Humant des essences choisies,
Je sens frémir soudain, comme des papillons,
Mes rêves et mes fantaisies.

L’arôme capiteux dégagé des flacons
Me donne une extase physique,
Et plonge mon esprit dans des rêves féconds
Plus que le vin et la musique.

C’est ainsi que parfois j’évoque — en respirant
L’exquise odeur de violette —
D’humbles filles du peuple au charme pénétrant
Malgré leur très simple toilette.

Ainsi le doux arôme extrait du foin coupé,
Quand il m’effleure le visage,
Rappelle à mon esprit triste et préoccupé
Un vague et riant paysage,

Où les meules de foin forment des campements
Toutes rondes comme des tentes —
Et dans la paix du soir enivrent les amants
Avec leurs senteurs excitantes.

Oh ! j’aime les parfums ! aussi quand je serai
Près d’agoniser sur ma couche
Qu’on m’offre des flacons d’odeur et qu’à mon gré
L’un après l’autre on les débouche.

Car je pourrai — grisant mon esprit expirant
Par ces senteurs douces ou fortes —
Rêver d’éternité future en respirant
L’âme immortelle des fleurs mortes !…


Au Bain

La baigneuse est au seuil de sa cabine ouverte
À regarder au loin la mer tranquille et verte.

Son costume de bain très court et très collant
Bordé d’un galon rouge et d’un simple volant
Marque bien les contours de son corps de statue ;
Et la voyant ainsi coquettement vêtue
On dirait un croquis dessiné par Grévin.

Se sachant regardée elle attend ; puis enfin
Descend à pas frileux et lents comme une chatte
Qui marche dans la neige en secouant la patte.

Alors elle s’encourt brusquement vers la mer.

Oh ! comme elle est superbe ainsi ! Sa blanche chair
Semble pétrie avec des bouquets d’aubépines ;
Et tandis qu’elle fuit au milieu des cabines,
Ses seins fermes, bombant son corsage fermé,
Tremblent comme des fruits sur un arbre embaumé.

Puis la voilà dans l’eau… voyez comme elle saute,
Comme elle avance bien malgré la marée haute
Et comme elle a des cris pleins de rire, en nageant,
Quand l’écume, pareille à des sequins d’argent,
Se suspend en collier à son beau cou de cygne.

Mais elle va trop loin ! les baigneurs lui font signe,
On sonne de la trompe, on l’appelle à grands cris,
Car près de ces brisants combien de corps meurtris
Ont roulé tout à coup dans ce grand gouffre avide
Ainsi que des cailloux tournoyant dans le vide !

Grâce à Dieu, la nageuse a compris les signaux
Et ses deux bras, pareils aux rames des canots,
Fendent l’eau qui bouillonne et qui chante autour d’elle.

Et bientôt, mettant fin à l’angoisse mortelle
De ceux qui la voyaient se battre avec les flots,
Elle atteint le rivage où, comme des îlots,
Émergent des baigneurs groupés dans l’eau qui mousse !

Et là, déjà calmée, avec sa tête douce
Et ses longs cheveux blonds flottant comme un drapeau,
On la prendrait de loin sous son large chapeau
Pour une humble bergère aux yeux rêveurs et vagues
Qui garde en souriant le troupeau blanc des vagues.






.


No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada